Salon de la mobilité urbaine 2019 : j’ai testé le scooter Pink Up grâce à Scootlib !

Je me suis rendu la semaine dernière à l’Autonomy 2019, le salon de la mobilité urbaine, sur invitation de Scootlib, dont je vous parlais (en bien) dans mon tour d’horizon des solutions de mise à disposition de scooters et vélos électriques à destination des pros.

L’événement se tenait à la Grande Halle de la Villette, dans le 19è à Paris, et c’était l’occasion d’échanger autour du thème de la mobilité urbaine. Il y avait des représentants de différentes entreprises, mais aussi de simples usagers.

Scootlib m’a ainsi présenté sa gamme de scooters électriques à destination des professionnels de la livraison, que vous pourrez retrouver directement sur leur site.

Nous avons pas mal focusé sur le Pink Up de chez Pink, que j’ai pu tester sur une petite piste mise à disposition pour l’occasion. J’ai même pu rencontrer le fondateur de la marque Pink, qui a pris le temps de bien m’expliquer les caractéristiques du scooter.

Le scooter électrique Pink Up est l’un des scooters de la marque Pink, qui présente 3 scooters électriques sur son site web :

  • Le Pink Up, plutôt tourné vers les professionnels de la livraison :

  • Le Pink Style, au style rétro

https://youtu.be/PiARiJnPKYQ

  • Et le Pink Me, au style plus masculin :

 

Des accessoires pertinents et tournés vers la livraison

Le Pink Up m’a séduit tout d’abord par ses nombreux accessoires très pratiques : sacs sur le côté, comme sur les grosses motos, caddie à l’avant, qui rappelle un peu les Kymo Carry thermiques, l’accroche-smartphone hyper solide, et l’antivol au niveau de la serrure qui empêche les petits plaisantins de tenter de forcer la serrure.

Donc niveau accessoires pratiques (et pas gadgets), on est au top. En effet, combien de fois j’ai eu des mésaventures avec mes livreurs lors de grosses commandes : pas assez de place, le smartphone qui tombe de son étui, manque de robustesse du scooter, etc…

Et pour le coup, tous mes prestataires bottaient en touche à l’époque : pas de quoi recharger le téléphone, pas d’étui vraiment solide pour le téléphone…

 

Le Pink Up, un scooter robuste et fonctionnel

Et de la robustesse, parlons-en : le Pink Up est en termes de design, de prise en main et de tenue de route exactement ce qu’on attend de lui. Là où le design, le poids et les roues de l’Askoll font très « vélo amélioré », le Pink Up ne risquera pas de faire peur à vos livreurs, souvent habitués aux scooters thermiques, et donc en quête de robustesse.

 

Une autonomie de 40 km par batterie

Le Pink Up annonce une autonomie de 40 km par batterie, ce qui est dans les moyennes actuelles pour des scooters 50cc. Il récupère par ailleurs de l’énergie pendant le freinage.

Sous la selle, vous pourrez caser deux batteries Panasonic, que vous pourrez recharger sur une simple prise de 220 V en 2 à 6 heures, selon que vous prenez un chargeur rapide ou pas.

 

Deux vitesses sur le Pink Up

Deux vitesses sont disponibles sur le Pink Up. Le mode Sport, qui frôle les 47km / h, et le mode Zen, autour de 30 KM /h. Il y en a trois sur l’Askoll, mais en réalité, la vitesse intermédiaire ne sert pas à grand chose dans les zones urbaines, car on a souvent besoin de rouler à 50km/h sur les grands axes, et à 30km / h dans les petites rues où il y a beaucoup de dangers.

 

Conclusion

Le Pink Up est le scooter phare de chez Scootlib. Si vous cherchez à vous lancer dans le monde de la livraison à domicile ou que vous souhaitez remplacer vos thermiques par des électriques sans vous prendre la tête, et que vous cherchez une solution sans aucun risque, ni mauvaise surprise, foncez. Je vous conseille le combo Scootlib / Pink Up, et vous serez bien encadré et conseillé.

Si vous avez déjà de la bouteille, vous pouvez aussi tester des solutions alternatives et opter pour l’achat de scooters, mais ne faites pas non plus comme moi, qui aime bien tester plusieurs solutions en même temps. Il vaut mieux centraliser au maximum votre flotte, sans quoi vous risquez de vous y perdre.

Autant à l’époque des thermiques, c’était une vraie galère de gérer sa flotte au niveau de l’entretien et des réparations, autant avec l’électrique, c’est devenu un jeu d’enfant !

Si vous travaillez dans le domaine de la restauration livrée ou que vous souhaitez digitaliser votre enseigne, retrouvez mon livre blanc « Initiation à la foodtech » à destination des restaurateurs ! Vous apprendrez à éviter tous les écueils que j’ai pu rencontrer, et je vous livre tous les secrets de la digitalisation d’un point de vente !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.