J’ai testé le scooter électrique eS3 et eS Pro de chez Askoll

Askoll est une marque italienne qui fait ses débuts dans le secteur de la mobilité urbaine. Avec l’ES3, la marque a franchi une étape sur le marché des scooters électriques. Basé sur son prédécesseur l’ES2, ce nouveau cyclomoteur électrique semble gagner en performance et en endurance.

J’ai eu l’occasion de tester l’Askoll eS 3, puis de recevoir définitivement l’Askoll eS Pro 45, qui reprend les caractéristiques techniques de l’eS3, mais avec des spécificités propres aux activités professionnelles, notamment dans le domaine du transport et des livraisons.

Note : ceci n’est PAS un article sponso !

L’eS 3, un style intemporel et un design lêché

Tout d’abord, le look. Disons-le franchement, ce scooter électrique est compact et ses lignes s’inspirent visiblement de certains cyclomoteurs et mobylettes de l’ancienne époque, avec son large bouclier protecteur qui se trouve devant les jambes du conducteur, son phare avant à la fois rétro et futuriste, et son compteur de vitesse élégant. Un style « old school » un peu vintage qui est totalement dans l’air du temps.

Mais qui dit vintage ne dit pas vieillot, puisque la marque italienne a évidemment dessiné le scooter afin qu’il soit également contemporain, avec son châssis léger (85 kg) mais bien conçu, sa motorisation électrique et son habillage plastique aux lignes élégantes et raffinées.

Le scooter se dote de deux roues fines de 16″ avec jantes à cinq branches, un seul amortisseur (que j’ai trouvé très performant), une fourche téléscopique et un freinage à disque avant combiné à un tambour à l’arrière.

Son éclairage est 100% LED, et le scooter est livré avec des autres accessoires sympas et utiles tels la boîte à gants avec prise 12V, son accroche-sac amovible, son long porte-paquets arrière ainsi que son repose-pieds passager escamotable.

Et franchement, l’Askoll ne laisse pas indifférent. Avec son design à cheval entre le vélo, le solex, et le deux-roues futuriste, je suis régulièrement interpellé par des curieux qui souhaitent en savoir plus sur cet engin atypique. Sans parler de son poids-plume, qui ravira les plus paresseux : mettre la béquille centrale sera d’une facilité déconcertante.

 

Performance et autonomie de l’Askoll eS3

Le scooter eS3 embarque deux batteries Lithium-ion de 7,5 kg chacune, offrant une puissance cumulée de 2 800 Wh contre 2 100 Wh pour l’ES2.

Une puissance visiblement améliorée grâce à l’adoption des cellules Samsung, bien plus puissantes que les précédentes cellules Panasonic.

En pratique l’eS3 embarque 3 modes de conduite : Mode Eco, Normal ou Power. Les différents modes limitent la vitesse de pointe de l’eS3 et la consommation d’énergie.

Avec le mode eco, vous ne dépassez pas les 30 km/h sur le modèle eS 3 45, (45km/h avec le modèle 100cc), mais la batterie dure beaucoup plus longtemps. Très pratique en centre-ville, lorsque vous êtes en train de flâner durant le week-end.

En mode normal, vous passez à 40 km/h (65km/h avec la version 100cc), et vous consommez la batterie de façon modérée. Enfin, en mode POWER, vous accélérez d’un coup et atteignez très rapidement les 50 km/h (75km/h en version 100cc).

La version POWER est idéale pour les grandes avenues et les longs trajets, et je vous le concède, très agréable, mais gare à l’autonomie, vous constaterez sur le tableau de bord que votre batterie s’épuise à vue d’œil !

L’autonomie annoncée est de 50km sur l’eS3 45, et 96km sur l’eS3 100cc. En pratique, l’autonomie ne m’a posé aucun problème, et arrivé autour de 30%, j’ai toujours trouvé une prise pour le recharger directement en quelques heures jusqu’à 100%.

 

Le scooter électrique Askoll eS3 : agile et dynamique

Avec sa selle qui culmine à 760 mm et son plancher parfaitement plat, l’ES3 est facile à dompter. Grâce à un poids contenu et une répartition des masses correcte, j’ai réussi à le maîtriser dès la première prise en main.

Une fois à bord, je fais face à un large tableau de bord logé au-dessus du phare. Celui-ci m’offre l’essentiel : l’heure, quelques voyants usuels, le kilométrage parcouru, un cadran digital qui affiche le niveau de la batterie, le mode conduite, l’autonomie restante…

A ma droite, je choisis mon mode de conduite (Eco, Normal ou Power) et je retrouve également l’activation du scooter.

Pour démarrer, un simple appui sur le contacteur suffit à déclencher un bip sonore qui m’indique que l’engin est prêt à partir. Un petit coup sur la poignée d’accélérateur par la suite me permet de décoller en douceur.

J’apprécie particulièrement l’accélération qui est douce et progressive, quel que soit le mode de conduite choisi.

 

Un véritable vélo motorisé

Au bout de quelques minutes en milieu urbain, je me sens parfaitement à l’aise avec l’ES3. L’engin est stable, la répartition des masses semble correcte et la prise d’angle sans bavure, sans excès de vigueur. Le train avant se place facilement et d’un simple geste au guidon, je passe rapidement d’un virage à un autre.

L’ES3 offre une accélération toujours prévenante et progressive, avec un dosage concis à la poignée mais les amateurs de réactivité trouveront la réponse un peu juste.

En montée, l’engin subit encore le poids de l’équipage au moment de s’élancer. Et la sensation reste la même au retrait de l’une des batteries. Cela se ressent directement sur la capacité d’accélération. En descente, l’autonomie augmente considérablement. Dès lors, l’engin profite un peu du frein moteur.

A l’usage, le confort est là. L’ES3 me semble largement correct pour une petite balade en ville jusqu’à l’épuisement des deux batteries.

A noter qu’avec un scooter électrique de ce genre, il faut réapprendre à conduire « électrique » : couper l’accélération dès que la vitesse souhaitée est atteinte, anticiper largement les accélérations et les freinages, rouler le plus possible en roue libre et utiliser le frein moteur.

 

A propos de l’Askoll eS PRO

Pour ma part, j’ai opté pour l’eS pro, dans le cadre de mes activités professionnelles. Ses caractéristiques sont sensiblement similaires à l’eS 3, sauf que je le loue via le service de location Cooltra, un service de location de scooters espagnol, qui fait son entrée sur le marché français.

Les pros pourront opter soit pour l’eS pro 45 (équivalent 50 cm3), soit l’ES pro 70. Il est proposé en trois coloris (rouge, noir ou blanc), et n’a qu’une place, puisque la seconde place est remplacée par un support permettant de recevoir une malle de livraison.

Les deux modèles partagent un poids léger limité à 86 kg, une puissance proche de respectivement 2 700 et 3 000 W pour un même couple moteur de 130 Nm. Les deux batteries amovibles de respectivement 2 100 et 2 800 Wh se rechargent à 80 % en 5,5 et 7,5 heures, pour 80 à 96 km d’autonomie pour l’es pro 70 (et 50km pour l’eS pro 45).

Les vitesses maximales s’affichent à 45 ou 70 km/h pour respectivement l’eSpro45 (équivalent 50 cm3) et l’eSpro70. Ces modèles sont commercialisés – toujours respectivement – à 2 990 et 3 490 euros TTC.

Les batteries se retirent facilement pour être rechargées, mais le scooter peut également être branché directement à une prise électrique pour un rechargement simple et pratique.

Bon plan, avec Cooltra, il est possible de bénéficier d’une location mensuelle à des tarifs assez avantageux pour le moment oscillant entre 120 et 160€ par mois.

 

Bénéficiez de la réduction via la Mairie de Paris

L’argument principal de l’eS3 est son tarif de 3 490 euros, auquel on peut déduire 700 euros de bonus écologique et, pour les Parisiens, 400€ de subventions accordés par la Mairie de Paris. Ce qui nous donne un coût final de 2 390 euros: le prix d’un 50 cm3 haut de gamme à essence !

 

Conclusion : un petit bijou électrique qui sera le meilleur allié de vos escapades urbaines.

Si je vous recommande l’eS 3 de chez Askoll ? Sans hésiter, oui ! Celui-ci, ou un autre, tant que l’autonomie est là et que la prise en main vous convient, n’hésitez pas à passer à l’électrique. Tellement plus adapté à la mobilité urbaine que le thermique, les scooters électriques Askoll vous permettront de rouler en toute tranquillité sans faire de bruit, et en ayant la véritable sensation de voler.

Pour ceux qui aiment avoir cette impression de liberté, et qui sont las de l’odeur insupportable de l’essence et des nuisances sonores (votre voisinage appréciera), le scooter électrique est fait pour vous !

 

Prudence sur la route avec l’Askoll !

Gare néanmoins aux piétons et vélos qui ne vous entendront pas, et qui sont habitués à augmenter leur vigilance seulement en cas de bruit de moteur. Soyez donc très prudents lors de vos trajets urbains !

Heureusement, dans le cas de l’Askoll, un bruit aigu et filaire se fait entendre lorsque vous accélérez, de façon à vous faire tout de même remarquer par les piétons. Pas forcément très agréable de prime abord, mais vous vous y habituerez vite, jusqu’à trouver ce timbre assez agréable lors de vos accélérations 🙂

Par ailleurs, à l’arrêt, et aussi lorsque vous actionnerez le clignotant, un petit bip futuriste vous indiquera que le scooter est en position de rouler, et vos voisins pourront entendre également votre présence.

Si vous voulez en savoir plus sur l’Askoll eS3, rendez-vous directement sur le site officiel de la marque, où vous retrouverez également leurs autres modèles de scooters électriques, ainsi que leurs vélos tout électriques.

Si vous avez aimé cet article, pensez à me faire signe dans les commentaires et à le partager 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.