Restaurateurs : comment augmenter son volume de ventes en livraison ?

Bonjour à tous, chers amis restaurateurs !

La semaine dernière, j’avais posté un article avec mes idées permettant aux restaurants de générer des marges – ou à minima de ne pas générer des pertes – en livraison avec les intermédiaires de livraison tels qu’UberEATS ou Deliveroo.

Cet article faisait suite à mon post sur la question de savoir s’il fallait se lancer dans ce marché grisant mais à haut risque de la livraison de nourriture à domicile.

Aujourd’hui, je voulais vous faire part de certaines pistes quant à l’amélioration du volume de ventes.

Une fois qu’on est sûrs de ne pas être déficitaire avec ce genre de solutions, soit qu’on a un équilibre sain entre le sur place et la livraison, soit qu’on a réussi à vendre des produits avec des coûts matières et main d’oeuvre suffisamment bas, la question des volumes se pose.

Alors comment booster son volume de ventes ? Voici certaines idées, si vous avez envie d’en partager d’autres et d’échanger sur le sujet, n’hésitez pas à rebondir dans les commentaires de l’article !

Note : retrouvez mon livre blanc « Initiation au digital et à la foodtech à destination des restaurateurs » ici. Plein de conseils nourris par mon expérience dans le domaine depuis maintenant plus de 5 ans !

Voici les pistes évoquées en vidéo pour le site Coach Mon Resto :

 

Et voici la version longue de l’interview :

 

Et le résumé des conseils prodigués en vidéo :

Simplifier sa carte

Ne pas copier-coller une carte à rallonge, mais plutôt une carte à tiroir, avec de l’up-selling. La livraison, c’est aussi l’occasion de revoir sa carte sur place afin de la rendre plus simple également.

 

Satisfaire les différentes typologies de commandes (utilitaires VS plaisir)

En livraison, il y a grosso modo deux grands types de commandes. Les commandes « plaisir » (plateau de sushis, pizzas avec boissons, mezzés libanais avec alcool, etc…), et les commandes utilitaires (sandwich seul, bowl individuel à prix attractif, etc…).

Pour pouvoir ratisser large, votre menu doit donc permettre de satisfaire ces deux types de commandes, avec des menus petits prix, des menus plus généreux, et des produits à tiroir avec up-selling, où le client peut ajouter au fur et à mesure qu’il ajoute un produit à son panier d’autres produits complémentaires.

Ainsi, le client qui voulait juste un sandwich ne sera pas lésé, et celui qui voulait se faire plaisir non plus. Par ailleurs, l’up-selling avec des produits à coûts bas, comme les boissons ou les frites, sont un bon moyen de contre-carrer les produits peu rentables lorsqu’ils sont commissionnés.

 

Booster l’estime de soi avec un packaging et une commande soignée

L’intérêt de la livraison, c’est aussi et surtout la communication. En envoyant des commandes soigneusement préparées, bien compartimentées, et instagrammables, vous valorisez le client qui sera d’autant plus susceptible de devenir un ambassadeur de votre enseigne.

 

Mettre en place une vraie direction artistique

Les photos sont l’atout principal qui vont vous permettre de booster vos commandes. Et de toute façon, elles pourront être utilisées sur les réseaux sociaux et sur print pour communiquer. Il faut donc veiller à avoir une unité et une cohérence visuelle, et ne pas prendre des photo soi-même. On ne s’invente pas photographe ! Faites appel à un professionnel.

 

Gamifier l’ordering

Faites relire votre menu par des tiers, afin qu’ils vous aident non seulement à la simplifier à l’extrême – le client en livraison n’a pas le temps de décrypter votre carte – mais aussi pour la rendre la plus ludique possible.

 

Privilégier des plats qui sont adaptés à la livraison

Exit les plats succulents mais qui ne sont pas adaptés aux trajets de livraison. A ce titre, les pokés bowls constituent actuellement la solution idéale (froid, mobile, pratique, et généreux).

Par ailleurs, n’hésitez pas à réchauffer ou refaire une commande s’il y a eu un soucis de livraison, même si le problème de livraison n’est pas de votre fait.

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager en me le faisant savoir sur les réseaux sociaux ! Et si vous souhaitez échanger sur le sujet, je serais ravis de vous lire dans les commentaires sous l’article. Enfin, pensez à consulter mon livre blanc sur la digitalisation des restaurants, disponible en suivant ce lien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.